Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Savoirs utiles > La sécurité > Porter secours > Le remorquage

Le remorquage

Il y a remorquage quand il est fait appel à une force motrice extérieure pour déplacer tout objet qui n’a pas ou qui n a plus de moyens nécessaires pour effectuer le déplacement voulu. Le terme remorquage est dérivé du verbe remorquer, lequel remonte au latin remuleum qui signifie "corde de halage ".

Le remorquage d’une embarcation en difficulté (panne de moteur, avarie...) n’a pas pour finalité l’assistance à personne en péril, sauf exception. Cette distinction est essentielle en termes de responsabilité, et doit être bien connue de chaque patron qui envisage de remorquer une embarcation :

    • le remorquage correspond à un service de nature contractuelle :
    • il ne peut avoir lieu qu’à la demande du patron du bateau remorqué ; celui-ci demande et accepte le remorquage ;
    • le patron du bateau remorqué assure la responsabilité des opérations dès l’entrée dans un port.

Le remorquage est une opération qui présente des dangers qui peuvent entraîner des dommages considérables (en particulier des blessures par rupture de l’orin de remorquage).

Le patron du bateau remorqueur doit être très prudent :

  • avant d’accepter de remorquer  :
    • est-ce raisonnable...
      • au regard des conditions matérielles : poids relatif des deux navires (remorqueur/remorqué), puissance du remorqueur, orin approprié ?
      • au regard des conditions de navigation : état de la mer, du vent ?
      • au regard des équipages, conditions souvent négligées : l’équipage du remorqueur est-il suffisant ? l’équipage du remorqué est-il apte à comprendre et exécuter les ordres du patron du remorqueur, responsable des opérations ?
    • le patron du remorqué est-il bien d’accord et s’engage-t-il à suivre les ordres du patron du remorqueur ?
  • préparation du remorquage  :
    • choix de l’orin : diamètre suffisant (approprié aux poids des navires et aux conditions de mer), longueur suffisante ; par mer formée, une grande longueur est recommandée, et un amortissement peut-être utile pour amortir les à-coups de mise en tension (fixer une ancre à mi-longueur).
    • dégagement des zones d’amarrage sur le remorqueur et le remorqué, mise en place aussi souvent que possible d’une patte d’oie pour répartir les efforts sur deux taquets.
    • le bateau remorqué doit conserver autant que possible un gouvernail (hors-bord non relevé...) et être barré.
    • choix de la manoeuvre de passage de l’orin.
    • accord des deux patrons sur la mise en oeuvre du remorquage, sur les modalités de communication entre eux (VHF si possible, téléphone, signaux visuels) puis sur le rôle de l’équipage remorqué (barre,...).
  • pendant le remorquage

Le patron du remorqueur...

    • choisit une route adaptée aux conditions de mer et aux contraintes spécifiques du remorquage : une navigation par forte mer venant de l’arrière et du travers est difficile, voire dangereuse.
    • surveille fréquemment le bateau remorqué ; au mieux, un charge un équipier ne quitte pas des yeux le remorqué.
    • adapte sa vitesse et son cap aux réactions du bateau remorqué.
    • avertit le patron remorqué de toute modification substantielle de sa route.
    • veille à ce que l’orin de remorquage ne se prenne pas dans l’hélice.
    • veille aux précautions indispensables que tout l’équipage doit strictement respecter pour éviter les blessures : pas d’orin sous tension tenu en direct et à mains nues, se tenir écarté de la zone de fixation de l’orin (risque de coup de fouet en cas de rupture).
    • se tient prêt à larguer l’orin à tout moment, y compris sous tension : couteau à portée de main !

Le patron du remorqué...

    • tient sa barre pour rester le plus possible en ligne avec le remorqueur.
    • -** veille aux précautions indispensables que tout l’équipage doit strictement respecter pour éviter les blessures : pas d’orin sous tension tenu en direct et à mains nues, se tenir écarté de la zone de fixation de l’orin (risque de coup de fouet en cas de rupture).
    • se tient prêt à larguer l’orin à tout moment, y compris sous tension : couteau à portée de main !

"Les opérations de remorquage en haute mer s’effectuent sous la direction du capitaine du remorqueur.
Les dommages de tous ordres survenus au cours des opérations sont à la charge du remorqueur, à moins qu’il n’établisse la faute du navire remorqué
." (art. L5342-4 du Code des transports)

"Les opérations de remorquage portuaire s’effectuent sous la direction du capitaine du navire remorqué.
Les dommages de tous ordres survenus au cours des opérations de remorquage sont à la charge du navire remorqué, à moins qu’il n’établisse la faute du remorqueur.
" (art. L5342-1 du Code des transports)



GIF - 8.8 ko
A
GIF - 10.1 ko
P
GIF - 9.4 ko
S

Site réalisé avec SPIP | Squelette BeeSpip

Mis à jour le mercredi 21 juin 2017