Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Savoirs utiles > La sécurité > Le soleil > Le soleil en mer

Le soleil en mer

Le plaisir de naviguer en mer est nourri par nos sens : la vue, l’ouïe, le toucher, l’odorat, et même le goût quand le sel des embruns se dépose sur nos lèvres.

Le soleil, maître de la lumière, meneur des vents, joue un rôle essentiel dans cette symphonie. Nous en avons une conscience directe et immédiate par sa lumière qui nous éclaire et son rayonnement infrarouge qui nous chauffe ; indirectement et de façon différée, nous apprécions l’effet de son rayonnement ultraviolet qui tanne notre peau.

Mais l’excès de soleil menace le plaisancier, particulièrement en Méditerranée et en saison estivale. Pour profiter des bienfaits du soleil sur notre santé et notre moral, il faut aussi savoir se protéger des excès.

- Les rayons solaires et leurs effets sur la santé

Les rayons que nous recevons sur terre en provenance du soleil sont très divers, selon leur longueur d’onde. Les rayons visibles qui nous sont familiers sont encadrés par des rayons invisibles, les rayons infrarouges (porteurs de chaleur) et les rayons ultraviolets (UVA et UVB).

-* La lumière visible

La lumière est un élément de notre équilibre, elle a notamment un effet bénéfique sur notre humeur, un effet antidépressif.
Sa seule nuisance est le risque de lésion de la rétine si on regarde le soleil en face sans protection appropriée, avec un risque particulier : pointer des jumelles vers le soleil !

-* Les rayons infrarouges

Ils chauffent ! S’ils sont reçus en abondance par notre corps, celui-ci met en oeuvre un processus de rafraichissement pour maintenir constante sa température centrale. Ce rafraichissement passe par une augmentation de l’évaporation (transpiration) qui entraîne donc une perte d’eau. Cette perte d’eau peut conduire, si elle n’est pas compensée par des boissons en quantité suffisante à une déshydratation. Ce danger menace tout particulièrement les jeunes enfants.

-* Les rayons ultraviolets

ont différents effets sur les tissus humains ; ils entraînent :

    • au niveau de la peau :
      • à faible dose, un effet souhaitable, la sécrétion par la peau de la vitamine D, qui est essentielle pour la bonne utilisation du calcium dans l’organisme ;
      • à dose modérée, une stimulation de la sécrétion du pigment par les cellules pigmentaires qui donnent la couleur brune de la peau (bronzage) ;
      • après une exposition brutale et excessive, une agression aiguë, le "coup de soleil" qui correspond en fait à une brûlure ; cette brûlure est un effet des rayons UV de type B (UV-B).
    • au niveau des yeux :
      • après une exposition excessive sur une courte période, un coup de soleil sur la cornée (ophtalmie) : quelques heures après l’exposition, apparition d’une sensation de sable dans les yeux, douloureuse, avec larmoiement et trouble de la vision. Cette situation, très douloureuse, régresse spontanément en quelques jours. Il s’agit d’un effet des rayons UV de type B (UV-B).
      • après une exposition cumulée importante au fil des années, une opacification prématurée du cristallin, c’est-à-dire la survenue d’une cataracte précoce ; les UV sont également l’un des facteurs en cause dans l’apparition d’une maladie de la rétine (dégénérescence maculaire liée à l’âge ou DMLA). Ces effets sont en rapport avec les rayons UV de type A (UV-A) dont l’effet est cumulatif tout au long d’une vie.

-  Les facteurs qui influencent l’intensité des UV

  • L’heure du jour

Lorsque le soleil est au zénith, c’est-à-dire au plus haut dans le ciel (midi solaire), le trajet des rayons solaires qui traversent l’atmosphère est le plus court. L’atmosphère agissant comme un filtre pour les rayons UV, c’est au midi solaire que la quantité de rayons UV susceptibles d’atteindre la surface de la terre, et donc les hommes, est la plus forte.

Le midi solaire correspond à 13 h 00 locales (horaire d’hiver) et à 14 h 00 locales (horaire d’été).

Une astuce : si votre ombre est plus courte que votre taille, l’heure est à risque !

  • La latitude

Plus la latitude du lieu est faible, c’est-à-dire qu’il se situe plus près de l’équateur, plus les rayons solaires atteignent la terre sous un angle vertical, quelle que soit l’heure du jour ; donc plus la latitude est faible, plus le trajet atmosphérique des rayons solaires est court et moins ils sont filtrés. En pratique, les régions "sud" sont plus irradiées que les régions "nord".

  • La saison

Au fil des saisons, le soleil "monte" plus ou moins dans le ciel en milieu de journée. Dans l’hémisphère Nord, c’est au moment du solstice d’été (21 juin) qu’il est le plus vertical, donc que l’intensité de ses rayonnements est la plus forte.

  • Les conditions météorologiques
    • Les nuages

Les voiles nuageux (nuages de haute altitude) laissent passer presque tous les UV mais filtrent les infrarouges et la lumière visible. Ils font donc baisser la température et la luminosité mais le risque lié aux UV demeure.
Se souvenir qu’il n’y a pas moins de risque solaire quand il fait moins chaud !

    • Le vent

Le vent n’a aucune influence sur l’intensité des UV ; cependant, le vent rafraichit, et cette impression de fraîcheur est trompeuse car nous associons trop souvent, et abusivement, au couple soleil-chaleur le risque solaire !

  • L’eau
    • L’eau réverbère

c’est-à-dire qu’elle réfléchit une partie des rayons solaires, tous les rayons solaires : lumineux, infrarouges et UV. Ces rayons UV réfléchis par la surface de l’eau viennent s’ajouter aux UV que notre corps reçoit directement du soleil. On peut bronzer sous un parasol en bord de mer !

    • L’eau rafraichit

Les embruns nous rafraichissent, la fraicheur nous fait oublier la les rayons UV que les embruns n’écartent pas !

    • L’eau ne protège pas des UV

On peut souffrir d’un coup de soleil après une baignade ou une séance de plongée en apnée en plein soleil.

- Certains d’entre nous sont plus vulnérables que d’autres...

  • selon le type de peau (carnation, phototype, couleur de peau)

Plus notre peau est claire, plus elle est sensible aux effets des rayons UV, plus elle est foncée, plus elle est naturellement protégée.
Il existe six phototypes. Il s’agit d’un phénomène d’adaptation naturelle de l’espèce humaine au cours de son évolution : les populations vivant sous de faibles latitudes, très exposées aux UV, ont acquis une pigmentation importante de leur peau, qui les protège ainsi des effets nocifs du soleil. Inversement, les populations vivant dans des latitudes plus hautes, où l’ensoleillement est plus faible, n’ont pas eu besoin de développer cette protection.

On distingue 6 types de peau et couleurs de cheveux :

    • Type I : peau très blanche, « laiteuse », cheveux roux, nombreuses taches de rousseur. La peau ne bronze pas, et le coup de soleil survient très vite.
    • Type II : peau claire, cheveux blonds, peu de taches de rousseur. Le bronzage est léger, les coups de soleil surviennent rapidement.
    • Type III : peau claire, cheveux châtains, pas de taches de rousseur. La capacité de bronzage est moyenne, les coups de soleil surviennent en cas de surexposition solaire.
    • Type IV : peau mate, cheveux bruns. Bronzage facile et rapide, rareté des coups de soleil.
    • Type V : peau mate, cheveux très bruns. Bronzage très foncé, pratiquement jamais de coup de soleil.
    • Type VI : peau et cheveux noirs. Bronzage noir, jamais de coup de soleil.
  • selon l’âge

L’enfance est un âge à haut risque pour les méfaits des UV pour deux raisons :

    • Plus l’enfant est jeune, plus sa peau est sensible, quel que soit son phototype.
    • l’enfance et l’adolescence sont les âges où les individus s’exposent le plus : pratique des jeux, activités et sports de plein air. On estime que 80% de la quantité totale de rayons UV "inutiles" reçus tout au long d’une vie l’ont été avant 18 ans.

-  L’index UV

L’Organisation Mondiale de la Météorologie et L’Organisation Mondiale de la Santé proposent d’utiliser une échelle universelle appelée Index UV pour informer les populations du niveau de risque de l’exposition au soleil.

consulter l’indice UV du jour et des jours prochains sur le site de meteofrance



GIF - 8.8 ko
A
GIF - 10.1 ko
P
GIF - 9.4 ko
S

Site réalisé avec SPIP | Squelette BeeSpip

Mis à jour le mercredi 21 juin 2017