Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Savoirs utiles > La sécurité > L’homme à la mer > Prévenir une chute à la mer

Prévenir une chute à la mer

Prévenir une chute à la mer

La chute d’un équipier à la mer...

" En mer, la meilleure façon de survivre est quand même de rester à bord. "

Jean-François Deniau, in : La mer est ronde, Paris, Gallimard éd., 1981.

La prudence, toujours. C’est le maître-mot.

- Prudence dans la décision de prendre la mer

La décision de prendre la mer appartient au capitaine et à lui seul . Il est le seul à pouvoir apprécier le risque encouru en fonction des conditions de mer, des capacités de son bateau et de son armement, de ses propres capacités manoeuvrières, des aptitudes de son équipage.

- Prudence dans la composition de l’équipage

  • l’effectif embarqué doit être approprié à la taille du bateau, à son équipement en matériel de sécurité (gilets, engins flottants), aux conditions de mer et de vent.
  • la qualité de l’équipage est essentielle : il faut distinguer
    • ceux qui sont expérimentés, qui sauront faire face efficacement en cas d’incident,
    • et les novices qui non seulement ne seront pas efficaces mais encore risqueront, par leurs réactions imprévues et inappropriées de compliquer la situation.
  • la présence d’enfants  : un adulte doit toujours être disponible pour assurer leur sécurité.
  • il est conseillé, lorsque des novices et/ou des enfants sont embarqués qu’il y ait à bord, en sus du patron, au moins un équipier confirmé.

- Consignes à l’équipage avant l’appareillage

  • le port du gilet de sauvetage
    • est toujours proposé à chacun, il est conseillé aux personnes mal à l’aise, peu valides, inquiètes ou ne sachant pas nager ;
  • les consignes de sécurité individuelle
    • placement dans le cockpit : où et comment s’installer pour ne pas gêner la manoeuvre (barre, commande du moteur, écoutes), équilibre latéral du bateau,
    • déplacement sur le pont : à quoi se tenir...
    • les jeunes enfants doivent par principe demeurer dans le cockpit pendant la navigation ; leur montée sur le pont, leur accès à la plage avant doit se faire avec l’aide et sous la surveillance directe d’un adulte.
    • manoeuvres dangereuses : saisir une écoute battante, tenir un bout ou une amarre sous tension sans la tourner rapidement sur un espar...
  • les consignes de sécurité collective
    • un seul donneur d’ordres : le capitaine.
    • pendant les manoeuvres, rester à sa place ou à son poste, ne pas distraire les autres équipiers.
    • connaître l’emplacement de la réserve de gilets, la façon de mettre en route le moteur, d’embrayer, de débrayer.

- En mer

Le capitaine doit apprécier en permanence la modification éventuelle des paramètres de sécurité pour réviser s’il y a lieu son programme de sortie :

  • évolution des conditions de mer et de vent : réduction de voilure, adaptation du cap et de la vitesse pour limiter le roulis, retour au port.
  • comportement de l’équipage : toujours tenir compte
    • de manifestations d’inquiétude, de malaise,
    • du constat de comportements à risque malgré les consignes.
  • survenue d’une avarie, même mineure : risque-t-elle de compromettre la sécurité en cas de survenue d’un autre problème, tel la chute d’un équipier à la mer ?

- Et toujours veiller à garder le pont en ordre, les cordages lovés et bien arrimés !



GIF - 8.8 ko
A
GIF - 10.1 ko
P
GIF - 9.4 ko
S

Site réalisé avec SPIP | Squelette BeeSpip

Mis à jour le dimanche 22 octobre 2017